Pascal Dubois ou la créativité à 360° !

pascal dubois.jpg

Aujourd’hui, je vais échanger avec Pascal Dubois, consultant en Management de la Créativité. Son point de vue pertinent nous montre qu’il faut penser à 360° en matière de créativité.

Mais tout d’abord, Pascal, peux-tu te présenter ?

J’ai bien entendu un parcours atypique ! Je suis juriste de formation et docteur en histoire des idées politiques. Pour financer mes études, j’ai exercé le métier de concepteur-rédacteur à La Redoute et suis devenu ensuite responsable d’un studio de création spécialisé dans le marketing opérationnel. En parallèle, je  me suis spécialisé dans la formation et le management de la créativité et c’est maintenant mon job à temps complet.

Peux-tu nous dire où tu as grandi ? Comment s’’est passée ton enfance ?

Je suis né il y une cinquantaine d’années à Cambrai. J’ai eu la chance de grandir à la campagne. Mes parcs d’attractions étaient la ferme de mon voisin et la brasserie de mon père, des lieux multisensoriels et propices à l’invention de jeux en tous genres ! J’ai rejoint ensuite Charleville, et le Musée Rimbaud m'a donné le plaisir de jouer à cache-cache parmi les reliques de mon poête préféré !

Dans le monde de l’entreprise, la créativité est un mot à la mode au même titre que celui d’innovation. Comment définirais-tu cette notion ?

La créativité, c’est à la fois une aptitude et une méthode. Une aptitude car c’est un processus intellectuel qui a pour résultat la production d’idées à la fois nouvelles et valables. Il faut insister sur ce dernier terme. Dans le monde économique, la créativité ne consiste pas seulement à produire des idées originales, encore faut-il que celles-ci répondent à la problématique posée : faisabilité, délais, rentabilité, valeur ajoutée… D’autre part, la créativité, c’est aussi une méthode et des outils dont l’objectif est de développer cette aptitude à produire des idées.

Par conséquent, la créativité, ça s’apprend ?

Tout à fait !

L’un des pionniers de la créativité, Joy Paul Guilford l’a parfaitement démontré : tout le monde possède un potentiel créatif. Il est simplement plus ou moins stimulé – ou étouffé – par l’environnement familial ou le système éducatif. En fait, la créativité est une discipline comme une autre, au même titre que le rugby ou le piano.

Elle possède ses fondamentaux et ses méthodes d’entraînement! Il faut d’ailleurs déplorer que cette aptitude ne soit pas enseignée à l’école, dont l’objectif est plus de transmettre aux élèves un contenu, un savoir qu’une capacité à s’adapter. Et je pense d’ailleurs que ce manque d’apprentissage est un obstacle majeur au développement de l’innovation au sein des entreprises.  

Quels sont ces « fondamentaux » de la créativité et comment les développer ?

Le potentiel créatif d’une personne peut être apprécié à partir de 3 principaux critères.

  • 1er critère : la fluidité. C’est la capacité à produire le maximum d’idées à la minute,

  • 2e critère : la flexibilité. C’est l’aptitude à aller chercher les idées dans les domaines les plus variés, la capacité à passer du coq à l’âne !

  • le 3e critère c’est l’originalité, c’est-à-dire la capacité à trouver des idées auxquelles personne n’avait pensé auparavant.

L’apprentissage de la créativité a pour objectif de développer ces savoir-faire grâce à des méthodes destinées à stimuler sa spontanéité, son imagination, son aptitude à percevoir les choses autrement et sa capacité à penser « out of the box »

Au sein de l’entreprise, comment tirer parti de ces savoir-faire ?

Pour que l’entreprise profite au maximum de ces nouvelles compétences, il faut jouer collectif en organisant des réunions de créativité. Bien entendu, de telles réunions ne s’improvisent pas. Elles doivent être animées par un professionnel maîtrisant la méthodologie et les outils spécifiques à la recherche créative.

Pour que la créativité des participants s’exprime pleinement et débouche sur des idées valables, il faut en effet une bonne dose de… rationalité et de rigueur !

Bref, une recherche créative efficace n'a rien à voir avec ces brainstormings autogérés, organisés sur un coin de table et qui tiennent plus du défouloir que de la réunion de travail ! Rappelons d’ailleurs que le brainstorming n’est qu’une méthode de créativité parmi d’autres, comme les matrices de découvertes, le concassage, la carte heuristique…

Le concassage ? Ca un rapport avec les cailloux ;-) ?

Le terme s’inspire en effet de cette technique consistant à casser des pierres, sauf qu’en créativité c’est le problème que l’on va “concasser” ! La méthode du concassage s’effectue en 2 temps. 1er temps, on divise le problème (qui peut être un produit, un service, un process) en plusieurs composantes ou fonctions. 2é temps, on fait subir à ces éléments concassés des altérations : supprimer, inverser, embellir, augmenter... Exemple : qu’est-ce que ça donnerait si on supprimait le composant “pale” d’un ventilateur ?

Comment composer un groupe de créativité optimal ?

L’idéal est d’inviter des participants formés aux techniques de créativité. Par ailleurs, la créativité reposant sur la diversité des points de vue, il est souhaitable de réunir des personnes de tous les secteurs de l’entreprise : marketing, produits, supply chain, RH…

Il faut également veiller à mixer les profils psychologiques et notamment faire travailler ensemble hommes d’imagination et hommes d’organisation.

Merci Pascal pour ces conseils ! 

Pascal Dubois est Consultant Formateur en Management de la Créativité. Il anime des séminaires en formation initiale et en formation pour adultes. Il est par ailleurs spécialiste de l’”Ecoute Créative”, méthode qui s’appuie sur des interviews ou tables rondes de consommateurs pour produire des solutions innovantes.

Contact

Posted on July 16, 2013 and filed under Interview.